ceilhes croquis du grifoul panorama de ceilhes

L'ornithologie à CEILHES.

 

Le Pluvier guignard

    Le Pluvier guignard est un oiseau qui comporte deux pattes, deux ailes, deux yeux et un bec.

Voici une tartane vue de loin.    

    Et voilà un déganel la nuit.

BSlPdC.

Photo : François LEGENDRE.

Le Héron cendré.

Le Héron cendré est bien connu de tous pour sa superbe et pour sa mauvaise réputtion… infondée mais allez lutter contre les ragots ! Non il ne mange pas que des truites… il se nourrit de ce qui est le plus facile à attraper et c'est souvent le plus nombreux ! Au printemps et en été ce sont surtout les grenouilles qu'il vise, en automne les campagnols sont très recherchés et en hiver c'est ce qui passe…et parfois c'est une truite. Mais c'est cela aussi la nature. Cela dit le Héron n'a jamais fait disparaître les truites des rivières depuis 10 000 ans qu'ils se cotoient ! Le Héron ne dédaigne pas aussi les lézards, serpents et gros insectes. Faut bien vivre mon bon monsieur !
FLdSlB.
 

Photo : François LEGENDRE.

L'aigle Royal.

On en voit souvent des aigles…qui n'en sont pas ! Celui-là c'est le Royal…très rare sur les causses et encore plus à Ceilhes où il faut être bien chanceux pour en voir un. C'est très grand un aigle mais moins qu'un vautour. Il est pour cela souvent confondu avec ce dernier ou tout simplement avec une Buse facilement visible à Ceilhes.
FLdSlB.

Photo : François LEGENDRE.

Brunat zizi.

Celui-là on le connaît tous sans le savoir. C'est le Brunat zizi. C'est un drôle de nom, dû à son chant qui s'entend dès la fin de février et jusqu'en novembre " zi-zi-zi-zi ". C'est un hôte bien répandu dans les prés.
FLdSlB.

Photo : François LEGENDRE.

Le Rougegorge.

Ah qui ne connaît le Rougegorge si commun en hiver et si rare en été. Et pour cause, c'est un grand migrateur qui nous vient en hiver de Scandinavie ou de Pologne. On ne sait jamais si celui que l'on voit aujourd'hui est le même que celui d'hier !
FLdSlB.

Photo : François LEGENDRE.

La bergeronnette.

La bergeronnette grise se repère facilement, toujours à guetter nos miettes sur les places de village ou dans les cours. Elle aussi nous quitte en hiver au moins en partie car il y a toujours quelques individus pour tenter l'hivernage. Gare si l'hiver est rude et enneigé, la famine menacera alors. C'est un risque à prendre.
FLdSlB.

Photo : François LEGENDRE.

Le moineau.

Le moineau nous est si familier qu'on ne le regarde même plus. Mais depuis une dizaine d'année il disparaît lentement mais surement victime comme nous le serons un jour de tous ces pesticides que nous répandons dans la nature et qui empoisonnent à petites doses la vie. Un jour peut être, le moineau ne sera plus qu'un souvenir étonné.
FLdSlB.

Photo : François LEGENDRE.

L'étourneau.

L'étourneau est souvent peu apprécié au moment des cerises dont il raffole. Mais quel auxiliaire du jardinier, lui qui nourrit ses jeunes de centaines de chenilles et de limaces, mets préférés au printemps et en été !
FLdSlB.

Photo : François LEGENDRE.

La grive litorne.

Les mangeurs de pâté la connaissent bien la " tchatcha " ou Grive litorne. C'est une visiteuse du Nord voire de Russie qui nous arrive en Novembre le plus souvent pour disparatre fin février. On peut la renconter en grandes troupes surtout si les sorbiers sont bien chargés en fruits.
FLdSlB.

 

 

Vous aurez plus de chance de voir des oiseaux comme des faisans, des merles et des bécasses en cliquant ici.

 

Vous aussi, réagissez et donnez votre avis sur le forum de discussion de l'ornithologie à Ceilhes.

Pour embellir cette page, participez à la rédaction des textes et envoyez vos photos sur « L'ornithologie à CEILHES » à partir de la page Postez vos documents/commentaires !

   Dernière mise à jour en décembre 2018 par Benoît et Rémi SOULAGE.
   e-mail :