ceilhes croquis du grifoul panorama de ceilhes

 

En construction...

 

CEILHES-et-ROCOZELS

BULLETIN MUNICIPAL N°7
Avril 1966

Séance du 4 décembre 1965.

CONSEIL MUNICIPAL

Le conseil a entendu diverses communications de M. le Maire :

  1. Une lettre de M.P. LAMOUR, Président de la Cie Nle d'aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc concernant le barrage à construire au moulin de TALI, et sur la réponse qui lui a été faite ;
  2. Une lettre du Président de la République sur le même sujet ;
  3. Une lettre de M. POMMERET Directeur technique de la Cie Nle d'aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc, autorisant baignade, pêche et canotage sur le lac d'Avène. Il en est pris acte ;
  4. L'énumération des démarches faites pour obtenir l'arrêt du train de Paris en gare de Ceilhes en été.
    Malgré les interventions du député, M.P. COSTE-FLORET, du sénateur, président du Conseil Général, M. BÉNE, du conseiller général, M. Masse, du président de la C.C.A.S., M. Le GUEN, la réponse est et reste négative.
  5. Le départ du Sous-préfet de LODÈVE, M.H. VIDAL, qui, reçu à l'Agrégation des Facultés de Droit, est nommé Professeur à l'Université de TANANARIVE (MADAGASCAR).
    Le Conseil lui adresse ses vives félicitations et le nomme "Citoyen d'honneur" de la commune.
  6. L'énumération des péripéties de la vente de l'école de Rocozels, les diverses offres faites.

Le Conseil décide de donner priorité à celle de M. Gilbert BOUISSAC, contribuable de la commune.

Affaires diverses.

Sur la proposition de M. le Maire, le Conseil nomme un architecte communal : M. Éric CAUSSE architecte diplômé du gouvernement 26 place Émile Combes à MONTPELLIER.
Il sera chargé de présenter les plans de réfection des bâtiments communaux, de donner son avis, en cas de contestation sur les permis de construire, et sur toutes les questions d'urbanisme de Ceilhes.

Le Conseil proteste ensuite sur les abus dus à la perception des droits des auteurs et compositeurs de musique.
Chaque fois que nos jeunes gens veulent se réunir pour écouter de la musique ou danser, il leur est réclamé une somme hors de proportion avec l'importance de la réunion. Le résultat est que nos jeunes vont à la ville où, pour quelques Francs, ils ont accès aux dancings ou salles de musique. Ces droits d'auteur scandaleux sont une des causes essentielles de la désertion des campagnes par la jeunesse.

Séance du 28 Janvier 1966.

Le Maire donne connaissance de diverses communications :

  1. Lecture de lettres diverses reçues en mairie ;
  2. Voeux de nouvel an reçus de diverses personnalités :
    1. M. Jacques PÉLISSIER, Préfet de l'Hérault ;
    2. M. Jean PERIDIER sénateur ;
    3. M. Jean BÉNE sénateur, Maire de PÉSENAS, Président du Conseil général ;
    4. M. Jacques MASSE, conseiller général du canton ;
    5. M. Jean MERCADIER, conseiller général de Lodève, secrétaire général de la mairie de Lodève, originaire de Rocozels,
    6. M. Paul COSTE-FLORET, député, ancien ministre, Maire de Lodève ;
    7. M. Henri VIDAL sous-Préfet ;
    8. Mme HUGON, secrétaire en chef de la Sous-Préfecture.
  3. Annonce que MM. Paul BOURRILHON et René SALLES se sont vus attribuer la Médaille d'argent des sapeurs-pompiers par le Ministre l'Intérieur.
    Le Conseil unanime leur adresse ses plus chaleureuses félicitations.
    Ces distinctions leur seront remises prochainement au cours d'une cérémonie publique ;
  4. annonce que le Maire de Saint-Maur des fossés, le Dr vétérinaire Gilbert NOËL, parrain de Ceilhes, est devenu député de la Seine à la suite de la nomination du Général BILLOTE comme ministre.
    Le conseil lui vote une adresse de félicitations ;

Le Conseil adopte une série de délibérations :

  1. Il supprime la taxe sur les chiens ;
  2. Il vote une subvention annuelle de huit cent Francs, afin que l'autobus H. Ratier assure la liaison bijournalière avec la gare, comme autrefois ;
    il vote aussi une subvention annuelle de six cents Francs afin que l'autobus Sicard de Camarés s'arrête à Ceilhes lors des passages CAMARÈS-gare et gare-CAMARÈS.
    Toutefois, le Conseil municipal demande au Conseil général de prendre à son compte ces deux subventions ;
  3. Il décide : la pose d'une borne d'incendie à l'angle de la route nationale et du chemin de Bouloc, ainsi que la prolongation des canalisations d'eau du village, d'une part jusqu'au "Bâtiment", d'autre part jusqu'à la Chapelle ;
  4. Il réclame, la nomination d'un percepteur permanent à Ceilhes ;
  5. Il adresse une demande de subvention pour réfection des chemins communaux ;
  6. Il adopte les nouvelles armoiries de Ceilhes, proposées par la commission nationale ;
  7. Il décide d'abattre le platane qui se trouve à l'angle des écoles et qui a causé beaucoup de dégâts dans les murs et le plancher du bâtiment scolaire ;
  8. Enfin le Conseil vote le budget primitif de 1966.

    Ce budget s'équilibre ainsi :
    DÉPENSES RÉELLES : 55 431,56
    RECETTES RÉELLES : 57 207,17
    EXCÉDENT GLOBAL : 1 775,61

    Il est à noter que ce budget a été établi sans avoir à toucher aux impôts communaux qui restent inchangés pour 1966.

Arrêtés Municipaux.

Trois arrêtés municipaux ont été pris depuis la parution du dernier bulletin municipal :

  1. Le 1er concerne les concessions trentenaires du cimetière.
    Toute concession de trente ans attribuée avant le 1er janvier 1934 et non renouvelé avant le 1er janvier 1966 - c'est-à-dire après 32 ans - fait retour à la commune.
  2. Le 2ème concerne la divagation des chiens dans le village.
    La suppression de la taxe sur les chiens étant de nature à favoriser l'augmentation des chiens errants, l'arrêté fait obligation aux propriétaires de chiens de les maintenir enfermés ou de no les laisser circuler dans les rues du village eue tenus en laisse.
  3. Le 3ème concerne la vitesse des véhicules automobiles dans les rues du village.
    Cette vitesse est limitée à 45 km à l'heure. L'arrêté ne s'applique pas à la route nationale sur laquelle la vitesse reste fixée par le Code de la route (article R-10-1) à 60 km heure.

La Vie de la Commune

Des évènements très divers, heureux ou malheureux ont animé notre commune :

  1. En septembre ce fut la visite et la réception du Congrès National des professeurs de Biologie et Géologie.
    Le matin, deux cars de professeurs étaient venus visiter les merveilles géologiques de Ceilhes sous la conduite des professeurs Roger ALLÈGRE et Alain PARENT.
    À midi un repas réunissait les congressistes à Lodève et l'après-midi, deux autres cars nous rendaient visite. Les occupants étaient reçus à la mairie ou ils dégustèrent les spécialités locales : jambon, saucisson, pâté et oreillettes, le tout arrosé par un vin blanc de la cave coopérative de St Félix de LODEZ. Les professeurs se rendirent ensuite chez les deux charcutiers du village où ils firent ample provision des spécialités qu'ils venaient de déguster et d'apprécier.
    Le soir un grand banquet réunissait à Lodève plus de cinq cents professeurs et personnalités qui acclamèrent Ceilhes et son Conseil municipal pour son accueil très réussi.
    Nous avons eu la satisfaction d'apprendre que pendant les dix jours qu'a duré ce congrès, aucune des nombreuses réceptions qui ont eu lieu, n'a égalé en sympathie et en réussite celle de Ceilhes.
  2. Deux mariages ont été célébrés par le nouveau Maire à Ceilhes.
    - Le 10 septembre, la toute gracieuse Marie-Claude CHIBAUDEL épousait M. RIPERT. M. le Maire rappela l'ancienneté de la famille CHIBAUDEL qui figure dans un "compoix" des archives de la commune établi vers 1520. Il présenta aux jeunes époux et à leurs familles, en son nom et au nom du Conseil municipal, toutes ses félicitations et ses meilleurs voeux de bonheur. Une quête réalisa la somme de 65 Francs 26 centimes pour le bureau d'aide sociale.
    - Le 27 décembre : c'était au tour de Cécile BESSIÈRE de prendre M. Robert comme époux. M. le Maire, après quelques conseils aux jeunes époux, rappela les liens qui l'unissaient depuis longtemps à la famille BESSIÈRE, ainsi que le plaisir qu'il avait d'unir deux universitaires sympathiques. Il présenta compliments et meilleurs voeux aux jeunes époux et à leurs familles. Une quête réalisa la somme de 90 Francs 90 centimes pour le bureau d'aide sociale.

Nos PEINES.

Des deuils, toujours cruels, sont venus attrister des familles du village.
Successivement, Mme Paul BOURRILHON, M. Germain SALLES, Mme Vve TRÉBILLON, M. Julien BRAL, Mme Vve Louise CROS nous ont quitté.
La Municipalité et le Conseil municipal adressent aux familles éplorées leurs condoléances attristées.

Bureau d'aide sociale.

A l'occasion des Fêtes de Noël, le bureau d'aide sociale a distribué aux personnes âgées de la commune un colis alimentaire. Ce fut une heureuse initiative.
Les vieilles dames de la maison de retraite ne furent pas oubliées, elles aussi. Les administrateurs du bureau d'aide sociale firent des prodiges avec les faibles moyens de CEILHES. Nous pensons que tout le monde a été content et que toutes les personnes âgées purent passer ainsi de bonnes Fêtes.
Le Maire de Ceilhes tient à adresser ses félicitations aux administrateurs.

Il adresse aussi ses vifs remerciements aux retraités de la C.C.A.S. qui, spontanément, ont fait une collecte pour les nécessiteux de la commune. Une somme de quatre mille Francs fut remise par Mme SOLER à une famille nécessiteuse du village et un reliquat de trente cinq Francs fut versé au bureau d'aide sociale. Au total 75,00 Francs furent collectés. Merci à la C.C.A.S.

URBANISME

La municipalité a du se résoudre avec beaucoup de regrets à supprimer le beau platane qui se trouvait à l'angle des écoles.
Le Conseil municipal en avait délibéré et pris la décision. Ce platane bouleversait avec ses racines le plancher des écoles et provoquait des lézardes dans les murs. On ne pouvait continuer à laisser les choses en l'état sous peine de risques graves. Sa suppression posait des problèmes techniques qui ont été heureusement surmontés. A l'heure actuelle, le beau platane n'existe plus, hélas !

Le chemin d'accès au champ de foire a été élargi, ce qui permettra le passage facile des gros véhicules.
Désormais, les cirques et spectacles forains s'installeront au champ de foire et non sur le quai. D'autre part, un prochain arrêté municipal va rendre obligatoire le stationnement prolongé des camions sur le champ de foire. Il sera interdit de faire stationner de façon continue les lourds véhicules dans les rues et sur les places du village, les risques d'accident devenant de plus en plus grands.

ARMOIRIES de CEILHES

Les armoiries de Ceilhes avaient été accordées par le roi Louis XIV en 1696. Elles étaient "de sinople à un pairle losangé d'argent et de gueules".
Le Conseil municipal de Ceilhes avait demandé la modification de ces armoiries pour tenir compte de la disparition du château de Rocozels et de celui de Bouloc. Une commission nationale a fait droit à notre demande et les nouvelles armoiries de CEILHES et Rocozels ont été adoptées dans la séance du 28 janvier 1966, approuvé par le Sous-préfet de Lodève.
Elles sont désormais "de sinople à un pairle losangé d'argent et de gueules, accosté de deux rocs d'échiquier d'or au chef d'azur aux trois roses d'or, timbré d'un fort à trois tours d'or".

Ainsi les armoiries nouvelles rappellent :

  1. 1°) les anciennes armoiries de Ceilhes : "de sinople un pairle losangé d'argent et de gueules" ;
    ce qui veut dire en langage ordinaire fond vert avec un Y formé de carrés mis sur pointe (et non pas de losanges) alternativement rouges et blancs ;
  2. 2°) les anciennes armoiries de Rocozels : "accosté de deux rocs d'échiquier d'or" ;
    ce qui veut dire eue de part et d’autre de l'Y se trouve une tour de jeu d'échec (en vieux français un roc) de couleur jaune d'or.
    Ainsi les armes de Rocozels étaient des "rocs", les armes étaient dites parlantes ; (En fait ces tours sont stylisées et ressemblent plus à des jets d'eau qu'à des tours !)
  3. 3°) les anciennes armoiries des ROSSET de FLEURY qui étaient marquis de Rocozels et Barons de Ceilhes : "au chef d'azur aux trois roses d'or" ce qui veut dire que la partie supérieure de l'écu, — le chef - forme une bande horizontale de couleur bleue portant trois roses de couleur jaune d'or.
    Ainsi les armes des ROSSET sont des roses et les armes des FLEURY sont des fleurs. Là aussi nous avons des armoiries. parlantes ;
  4. 4°) les forts et châteaux de Rocozels et Bouloc : "timbré d'un fort à trois tours d'or" ; ce qui veut dira qu'au—dessus de l'écu se trouve un château avec trois tours de couleur jaune d'or.
    Le nombre de tours (trois) indique que Ceilhes n'est ni chef—lieu de canton, ni chef lieu d'arrondissement, mais cette représentation d'un château rappellera l'existence passée de fortifications dans la commune.

SUBVENTIONS

Grâce à l'inlassable activité de notre Conseiller général, M. Jacques MASSE, avocat à la Cour d'appel de Paris, il vient de nous être attribué une subvention "hors programme" pour réfection des voies communales, de trois mille Francs, (trois cent mille anciens).
Tous nos remerciements à notre dévoué conseiller général !

Le Maire de Ceilhes : R. ALLÈGRE.

Vous aussi, réagissez et donnez votre avis sur le forum de discussion de la politique à Ceilhes.

Pour embellir cette page, participez à la rédaction des textes et envoyez vos photos sur « La politique à CEILHES » à partir de la page Postez vos documents/commentaires !

   Dernière mise à jour en décembre 2018 par Benoît et Rémi SOULAGE.
   e-mail :